jeudi 18 juin 2009

J4 16.06.09 Hveragerdi-Pórsmörk

Double clic sur la carte pour voir notre parcours ainsi que les photos géolocalisées.


La nuit à la guesthouse Frost and Fire fut excellente, ne seraient les bruits combinés de la pluie et du vent ! Le temps est plutôt triste et gris ce matin, et nous nous demandons si nous pourrons effectuer notre balade.

Après le petit déjeuner, nous nous rendons à l’office du tourisme local pour obtenir quelques renseignements sur les promenades possibles. Nous en profitons pour faire réserver un « logement » pour la nuit prochaine dans la sauvage vallée de Pórsmörk.



Comme le temps est redevenu sec (mais toujours très gris), nous entamons la petite excursion de 3 km environ dans une vallée au fond de laquelle il est, paraît-il, possible de se baigner dans une rivière à la température clémente. L’atmosphère du jour n’engage pourtant pas à ce genre de folie.
Nous faisons donc quelques kilomètres en voiture le long de la vallée qui prolonge Hveragerdi. Les fumerolles sont toujours bien nombreuses dans chaque repli du terrain. Impossible de douter que nous nous trouvons sur une zone volcanique active !


En partant à pied, nous sommes dépassés par une longue colonne de cavaliers. Une randonnée à cheval pour touristes, tous bien visibles en orange fluo. Si bain il y aura, il faudra partager la piscine…

Après une jolie montée, le chemin se poursuit plus ou moins à plat. Mais les nuisibles de toutes sortes nous harcèlent : les moucherons d’abord, le vent ensuite et enfin la pluie, qui se veut désagréablement insistante ! Heureusement que notre bon équipement nous permet de traverser les éléments contraires avec sérénité.


Nous passons quelques mares bouillonnantes, et nous rapprochons de la rivière, que nous savons maintenant tiède après l’avoir déjà traversée. Mais point de baigneurs à l’horizon, même pas les cavaliers croisés en début d’excursion : la baignade réputée inoubliable ne serait-elle qu’un mythe ? Nous apercevons pourtant de petits barrages de pierres qui transforment le cours d’eau en une enfilade de bassins qui nous semblent bien accueillants. N’y tenant plus, nous rejoignons (un peu péniblement, le terrain étant plus proche du marécage que de l’aimable pré à vaches) le bord de l’eau et décidons d’en profiter. C’est évidemment au moment où nous commençons à nous changer que des jeunes demoiselles (du groupe des cavaliers) arrivent en maillots de bain et pulls et se jettent à l’eau. Enfin, façon de parler, car elles sont bien lentes à rentrer dans l’eau, alors qu’il ne fait pas très chaud et que le vent et la pluie n’ont pas encore quitté la scène. Nous comprenons vite pourquoi lorsque nous nous y mettons à notre tour : l’eau est vraiment chaude, 38° C ! Il faut quelques instants pour s’y habituer, d’autant qu’au gré du courant, elle semble parfois brûlante. Mais ne boudons pas notre plaisir de nous retrouver à nous prélasser dans une petite rivière, sous la pluie et dans le vent, dans un paysage montagneux tout-à-fait splendide. Un moment effectivement inoubliable, les guides de voyages n’avaient pas menti ! La preuve, c’est que nous serons bientôt envahis de personnes qui sont toutes venues ici dans le seul but de profiter de ce centre thermal naturel et gratuit. Une ambiance hors du commun !


Après nous être séchés et habillés tant bien que mal sous la pluie et avoir grignoté quelques fruits secs importés et achetés sur place, nous redescendons. Comme pour nous ramener à la réalité après ce moment quelque peu irréel, le vent se charge de nous gifler jusqu’à la fin de l’excursion. Nous n’en demandions pas tant !

Notre route nous mène ensuite chez Byko. C’est en fait un B(r)yco-loisirs (facile, le jeu de mots), dans lequel on achète une planche qui servira à entreposer notre matériel en hauteur dans le coffre, dans l’angoissante éventualité où nous devrions passer la nuit dans notre véhicule. Ça, c’est fait !

La suite de la route nous conduit dans une très vaste plaine, limitée au nord par des montagnes enneigées, au sud par la mer. Et au zénith, par un ciel toujours gris qui ne prend même pas la peine d’être menaçant : il attaque directement, avec pluie drue et vent cinglant. Le climat islandais est vraiment sans pitié pour les pauvres touristes que nous sommes.

Après la bifurcation vers la vallée de Pòrsmörk, nous faisons une petite halte humide à la cascade de Seljalandsfoss, la seule d’Islande derrière laquelle il est possible de passer, si l’on ne craint pas de se faire copieusement brumiser au passage.


C’est après cette dernière étape que nous entamons la route 249 vers Pòrsmörk, qui se transforme rapidement en piste classée F, réservée aux véhicules 4x4. Nous savons que le trajet va comporter quelques gués à passer, ce qui augure de petits moments de suspense. Au début, la piste traverse une large plaine où s’écoulent les multiples bras de la rivière. Les montagnes cernent l’horizon, mais l’impression d’espace demeure.

Vient le premier gué. Le temps de trouver les réglages nécessaires du système de traction, et l’obstacle est franchi sans problème. Un peu impressionnant, tout de même. Les traversées se succèdent les unes aux autres, cela devient presque une routine. Du coup, nous en profitons pour faire quelques photos. L’idée d’en faire la fenêtre ouverte n’est pourtant pas à rééditer : la gerbe d’eau provoquée par le véhicule était suffisamment haute pour m’asperger en beauté ! Nous sommes pris d’un monstrueux fou rire …


Plus loin, nous empruntons par erreur une portion de route destinée aux piétons, car un pont leur permet de franchir un torrent. Du coup, je l’utilise pour aller de l’autre côté filmer le passage dans un gué très large. Impressionnant ! Ne ratez pas la petite vidéo sur le sujet !

video

Le passage suivant semble encore un peu plus difficile à négocier, le torrent ayant l’air assez profond. Après avoir cherché le meilleur endroit pour traverser (il ne faut pas forcément se fier aux traces déjà présentes, elles ne racontent pas toute l’histoire…), nous nous lançons et passons rapidement. L’adrénaline continue à monter, chaque passage semble pire que le précédent. Le suivant est finalement le dernier, mais il nous laisse perplexe : large et profond en apparence, et le courant semble rapide. Notre véhicule est un bon gros 4x4, mais cette fois, l’hésitation est de mise. Par un extraordinaire coup de chance, un bus arrive juste derrière nous. C’est la ligne qui monte plusieurs fois par jour à Pòrsmörk, et le véhicule est suffisamment haut sur roue pour affronter ce genre de conditions. Le plus simple est donc de le laisser passer, pour voir quel est le chemin à prendre et quelle est la profondeur de l’eau. Le bus passe (évidemment) sans problème, et s’arrête très gentiment pour nous attendre (et surtout voir si nous allons nous planter ou pas !). Tension maximale. Nous nous lançons, dans le sens du courant (surtout jamais en sens contraire), les remous créés par la vitesse recouvrent brièvement le capot, mais nous passons avec soulagement, en espérant qu’il n’y en ait pas d’autre.

Arrivés au refuge, on discute un peu avec le chauffeur du bus et lui demande quelques conseils pour le retour. Il s’agira de traverser un peu plus en amont cette fois, pour se mettre dans le sens du courant. Et surtout, il nous dit qu’il faut traverser un peu plus lentement, histoire d’éviter de créer trop de remous autour du véhicule. Merci du conseil, il est vrai que nous traversions plus vite dans le but de ne pas rester posés au milieu de la rivière, et de se sortir au plus vite de l’eau.

Après avoir réservé une chambre (où nous dormirons avec nos sacs de couchage), nous nous préparons un bon petit repas nous-mêmes, dans le pavillon réservé aux touristes, et allons nous coucher pour nous reposer des émotions du jour (après avoir, naturellement, préparé le blog et les photos !).

3 commentaires:

  1. Ah Frost and Fire :)))))))))))))))))))))))

    RépondreSupprimer
  2. trop sympa toutes ces rivières... j'ai donné ;)

    RépondreSupprimer
  3. Petit guesthouse très sympa, à recommander, et la balade dans la vallée jusqu'à la rivière à 38°C, un excellent souvenir.

    RépondreSupprimer